L’expressionnisme en peinture, ou l’art de déformer la réalité

L’expressionnisme est né en Allemagne au XXème siècle et est apparu peu de temps après en France. C’est un courant qui touche à la fois la peinture, la musique, l’architecture, la littérature, la danse, le cinéma et le théâtre et qui a impacté largement la vie de ses protagonistes. Cependant, c’est au niveau de la peinture que l’expressionnisme se manifeste de manière plus flagrante, avec des tableaux à la fois déroutants et saisissants. En témoigne la reconnue mondiale de l’œuvre de Edvard Munch Le Cri, qui séduit aux quatre coins du monde. Les particularités de l’expressionnisme sont assez singulières, ce qui en fait un courant reconnaissable facilement.

L’expression du pessimisme

Expression du pessimiste des artistes de l’après-guerre, qui n’ont cessés de vivre avec l’angoisse permanente de la Première Guerre mondiale et de ses horreurs, l’expressionnisme traduit la beauté d’une société traumatisée. Les peintures issues de l’expressionnisme mobilisent le spectateur dans son ensemble et font appel à ses émotions pour pouvoir être en mesure de les comprendre. L’objectif de l’expressionnisme est d’apporter une représentation biaisée de la réalité, plus morose et angoissante afin de susciter chez le spectateur une émotion forte, un sentiment d’interrogation. Parmi les grands noms de l’expressionnisme, on retrouve le peintre Bernard Buffet, qui au travers de ses œuvres surprenantes a su marquer le courant. D’un naturel tragique, Bernard Buffet a toujours eu une attirance profonde pour l’expression de la souffrance dans ses œuvres, qu’il maniait d’une main de maitre. Sa série de tableaux consacrée aux clowns tristes en est le parfait exemple. Dans ces tableaux, on y voit des clowns, seuls ou accompagnés, dans différentes situations de la vie quotidienne. Ils sont pour la plupart tristes, plein de souffrances et tragiquement beaux par leurs expressions de mal-être. L’œuvre de Bernard Buffet s’inscrit totalement dans le courant expressionniste. On y retrouve des couleurs à la fois claires et sombres, et des traits qui se déforment sous le pinceau du peintre comme pour rendre compte d’une société qui va mal.

La violence que l’on perçoit dans ces œuvres ne laisse personne indemne et force la réflexion de chacun sur les conditions de cette vie d’entre-deux guerres. Parfois utilisée pour dénoncer les perversions de la société, l’expressionnisme est un engagement fort de la part des artistes. La peinture expressionniste est subjective. Elle laisse l’artiste à sa propre interprétation et à sa vision du monde qui l’entoure. Il n’est ainsi pas rare de trouver des œuvres expressionnistes qui mettent en lumière la misère de l’existence. C’est aspect de l’expressionnisme contraste avec les personnages mis en scène par Bernard Buffet. En effet, les clowns de l’artiste sont à l’opposé de ce que l’on s’attend à voir quand on parle de clowns. Ils chantent, dansent, jouent de la musique mais on le regard nostalgique et mélancolique. Les traits sont noirs et droits. On peut deviner le coup de pinceau à chaque fois que l’on regarde ses tableaux, des coups secs et reconnaissables parmi tant d’autres qui traduisent l’inquiétude et l’anxiété de l’artiste.

Bernard Buffet l’expressionniste

Bernard Buffet n’était pas le seul protagoniste de l’histoire de l’expressionnisme. En effet, de nombreux peintres de l’époque font partie du courant de l’expressionnisme. On peut citer Vassily Kandinsky, Edvard Munch, Erick Heckel ou encore Ernest Kirchner. Parmi les français, il y a notamment Claire Bertrand, Rodolphe Caillaux et Francis Gruber. Ils ont chacun à la manière marqué le mouvement par leurs œuvres déroutantes. L’autoportrait de Francis Gruber qui est exposé au Musée des Beaux-Arts de Nancy est un exemple de ce qui se fait de mieux en portrait expressionniste. Sur celui-ci, Francis Gruber est présenté debout dans des vêtements de couleurs sombres, il a le regard apeuré et suspicieux. Les traits de son visage son tirés, barbouillés et traduisent une inquiétude palpable.

Dans un autre exemple de peinture expressionniste, on trouve les œuvres de Vassily Kandinsky, qui a délaissé un temps l’impressionnisme pour l’expressionnisme afin de donner une vision plus singulière et personnelle à ses paysages. Enfin, il y a ceux de Rodolphe Caillaux qui a notamment peint Les Scarabées, un tableau où les couleurs et les traits sont violents pour représenter deux scarabées en train de s’accoupler avec brutalité. Ces différents exemples montrent la diversité des œuvres liées au courant de l’expressionnisme et l’objectif de ses acteurs, qui est de faire réfléchir sur le sens de la vie et sur la société en général.